Des personnes inspirantes

Mamie8 min read

Mamie…

A l’ombre des projecteurs et bien loin de l’ère numérique se cache des personnes émérites. Nous mettons beaucoup d’intérêt envers des personnalités publics qui ont accomplis de grandes choses. Et cela n’est pas à blâmer évidemment.

Prenons le temps de penser aux personnes qui nous inspires profondément.

Prenons le temps d’observer notre environnement direct.

Je me suis posé la question longuement.

Qui m’inspire ?

Approchant la trentaine, l’unique réponse surgissant du fond de mon cœur fut Mamie.

Les ainés pour moi sont des personnes enrichissantes qui ont traversé les épreuves, les saisons, les années.

Ils détiennent LA sagesse que seul le temps a permis d’acquérir. Ils détiennent aussi la richesse d’avoir grandis dans un monde déconnecté, une vie en noir et blanc avec toutes ses nuances infinies de gris.

Ma grand-mère a moi à vécu la deuxième guerre mondiale.

Ma grand-mère a moi à beaucoup ris, beaucoup donné, beaucoup perdu mais n’a jamais pleuré.

Ma grand-mère est une femme ordinaire.

Mamie dans un sombre contexte  

L’annexion de la Moselle pour la seconde fois à lieu en 1940. Le Reich s’accapare le territoire pendant quatre longues années synonymes d’oppression et de souffrance. Certains Mosellans sont expulsés. Certains disparaissent. Certains hommes sont envoyés à combattre pour le front allemand malgré eux, les malgré nous.

La vie devient une répression brutale à Metz où la gestapo mets en place une germanisation non discutable pour le peuple. Les français se plient à ce nouveau gouvernement totalitaire et violent.

Au milieu de cette nuit froide de novembre 1944, quelqu’un tambourine à la porte. Metz est endormi pourtant il est l’heure de partir. Urgemment. En 10mins les parents rassemblent le nécessaire ; du lait, des couvertures et un poulet. Mamie, âgée de 9ans, s’occupe de ses frères et sœurs, accompagné de son seul et unique bien, un poupon.

L’air est glacial, les bombardements fréquents. La famille fuit chez des proches quelques kilomètres plus loin. Mamie, dans un souvenir douloureux et précis évoquent à quel point il fut triste pour elle d’abandonner cette grosse et belle maison, pleine de vie et d’animaux. Une vie simple et modeste, bombardée quelques instants après leurs départs.

Mamie évoque avec précision, la voix un peu tremblante mais toujours dans une éloquence maîtrisée, un pont qui fut détruit juste après leurs passages. Elle se souvient exactement avec horreur du bruit, de l’odeur et des corps. Allemands et Américains se canardaient tel une partie de tennis de table avec comme support la ville de Metz et ses civils. 

La ville est libérée le 22 novembre 1944. Nombreuses sont les victimes et plusieurs communes mosellanes sont complétement détruites.

Mamie se souvient être retournée dans les ruines de sa maison. Il ne restait plus grand chose. Des murs figés par la violence de la fin de la guerre. Le pendule à coucou ne saluera plus personne ici. L’attention de Mamie est retenue sur les portraits individuels en noir et blanc de sa famille. Le sien est perforé au niveau de son front par une balle perdue. Cette image restera indélébile.

L’après-guerre est une période difficile où tout est à reconstruire. Les traumatismes ne partiront jamais, occupant une infime partie de Mamie et de toutes ces personnes ayant vécus l’épouvantable.

Nous sommes pour – la plupart – très étranger à la guerre. Nous ne sommes que concernés par ce que les différents médias nous laissent entrevoir, par ce que certaine rencontre nous rapporte.

Serions-nous prêts à résister moralement à tant de répression ?

Serions-nous prêts à accepter que la vie ne se prévoit qu’au moment présent et qu’elle ne se vit qu’à l’instant ?

Dans cette situation Mamie a toujours eu la force en elle de voir le positif, même quand le beau s’est dissout.

Une vie de simplicité

Mamie sait percevoir les rayons du soleil dans un ciel nuageux. Mamie ne vas jamais s’accabler ; elle accepte, et se laisse porter par le courant jusqu’à ce que le calme revienne. Il ne faut jamais renoncer, jamais se lamenter. Les états d’âmes sont pour elle sont une faiblesse de riche, un luxe que les gens s’offrent.

Passer du temps à la campagne, et garder les moutons, perdue dans les montagnes. Tricoter et traire les vaches dans la beauté de l’Alsace bossue. Mamie se sent légère et libre, délestée de toute contraintes.

L’air est léger, les rayons du soleil tiennent chaud. Il fait si bon d’être ici à observer ce tableau grandiose que nous offre la nature. Mamie gardera pour toujours une douce sensibilité aux choses si simples ; un bourgeon de fleur, le cri du rossignol, une mirabelle dans un arbre et le coucher du soleil.

Mamie a été scolarisé que très peu de temps. Elle a dû arrêtée l ‘école à 12ans lorsque celle-ci n’était plus obligatoire. Elle a assumé dès son plus jeune âge une forte charge de travail pour aider sa mère à la maison. Elle a ainsi contribué aux tâches ménagères et à l’éducation de ses quatre frères et trois sœurs. Elle n’a jamais eu grand chose mais n’a jamais manqué de rien. Ils ont grandi ainsi dans la plus grande simplicité et ont quittés le nid petit à petit.

Nous sommes dans les années 60. L’émancipation de la femme est en plein progrès.

Archive familiale

Elles se coupent les cheveux et les jupes raccourcissent.  Cela dit, les mœurs sont encore bien ancrées et l’ordre morale est toujours présent même s’il est moins revendiqué ; une jeune femme doit se préserver et ne pas nuire à l’image familiale. Nous sommes ainsi confrontés à un modèle de conduite et à un désir de liberté sexuelle. Il est difficile de se détacher de l’image de la jeune fille qui attends de se marier pour devenir une femme légitime. Il est difficile voir indigne d’être décomplexé sexuellement et donc de fréquenter quelqu’un sans aucun intérêt de serment.

Mamie a choisi Papi, son bel homme qui ne vivait pas loin de chez eux. Elle avait un œil sur lui depuis quelques temps. Mamie arrive toujours à obtenir ce qu’elle désire. Et naturellement, elle a conquis Papi.

Ils allaient souvent au bal les dimanches après-midi. A l’époque, le bal est un espace de rencontre offrant une relative liberté entre les sexes de se séduire.

Bien qu’attaché à ses taches de femme au foyer et mère de famille, elle a choisi de travailler.

Elle était factrice. La factrice. Mamie, pour sa tournée, à marché par tous les temps ; qu’il vente, qu’il neige, été comme hiver. Elle a arpenté les rues de Faulquemont, Créhange de long en large en travers faisant jusqu’à 20kms pour distribuer le courrier et aller au contact des habitants. Elle les connait encore par cœur, même si la plupart sont décédés depuis longtemps. L’utilisation d’une motocyclette noire viendra la soulager quelques temps plus tard.

Elle a élevé deux belles filles, devenu à leur tour maman.

Mamie c’est le cœur de notre famille, l’élément rassembleur.

Mamie elle ne comprends pas les nouvelles technologies. Mamie ne comprends pas les SMS, ne sait pas ce qu’est un email et ignore l’existence d’Instagram. Mamie vit les saisons, les températures. Mamie sème le jardin et le récolte. Mamie prends soin de ses meubles en merisier et cuisine dans des contenants antiques. Elle ne comprend pas pourquoi la banquière ne la connait pas, pourquoi la boucherie a fermée et donne 5euros au facteur quand elle reçoit un colis. Mamie apprivoise tous les animaux qui se trouvent dans son jardin et connaît chaque oiseau qui vient manger les graines déposées sur le bord des fenêtres. Mamie fait des gâteaux tous les dimanches même si personne ne vient, elle sera toujours prête à recevoir.

L’amour, l’altruisme, la gaité et la ténacité ; voilà ce qu’elle est.

Évidemment il y a eu des zones d’elle plus sombre, plus triste et plus dure. Il serai impudique et indélicat d’en faire référence. Il serai aussi contraire au message qu’elle nous renvoit ; aller TOUJOURS de l’avant qu’importe ce qu’il se passe dans notre vie. Il faut voir plus loin que notre désarroi.

Mon souhait est qu’à l’image de Mamie, nous n’oublions jamais l’essentiel.

Découvrez nos autres articles :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.