Réussir sa vie professionnelle

Présentéisme : rendez service à votre entreprise et rentrez chez vous !15 min read

Dans sa définition la plus simple, le présentéisme correspond au fait d’être présent sur son lieu de travail.

Lorsque l’on parle de présentéisme aujourd’hui, on évoque plutôt la connotation négative du phénomène qui correspond au fait d’être trop présent au sein de son entreprise. Bien entendu, c’est cet aspect qui sera traité dans cet article.

En faisant un état des lieux, j’ai appris avec regret que la France faisait partie des mauvais élèves sur le sujet. Cela m’a également permis de mettre un nom sur un phénomène que j’avais déjà remarqué sans pouvoir le définir exactement.

Effectivement et en entreprise notamment, il y a tout un tas de comportements parfois limites et souvent tabous qui peuvent instaurer un climat lourd et malsain. Le présentéisme en fait partie.

J’ai bien sûr une opinion sur ce problème et des expériences à partager avec vous. Découvrez donc dans cet article l’analyse du présentéisme façon Clever Culture au travers de chiffres, d’exemples, de conséquences et bien sûr de solutions.

Bonne lecture 😉

Etat des lieux du présentéisme en France

Les différents types de présentéisme

Pour commencer, il est nécessaire de distinguer les différentes formes que peut prendre le présentéisme. Selon le site www.welcometothejungle.co/fr, il y en a trois principales :

  • le présentéisme contemplatif qui se traduit par le fait d’être présent sur son lieu de travail mais sans vraiment travailler. Ce comportement peu refléter une souffrance personnelle. Rester sur son lieu de travail représente alors un moyen d’échapper à une certaine situation. Ce type de présentéisme représente également les personnes démotivées qui font seulement « acte de présence » mais sans fournir un réel travail.
  • Le surprésentéisme qui traduit le fait de continuer à travailler malgré des obligations personnelles, une grosse fatigue ou une maladie. Ce phénomène est la conséquence d’une surcharge de travail, d’un caractère très perfectionniste ou encore d’une certaine culture d’entreprise.
  • Le présentéisme stratégique qui consiste simplement à montrer qu’on est présent afin d’obtenir une reconnaissance. Ce type de présentéisme existe surtout dans des pays comme la France où la valeur d’un collaborateur se traduit malheureusement plus par une quantité de travail plutôt qu’une qualité.

Un premier constat est donc que les différentes causes du présentéisme sont relativement problématiques. Comme pour tout, le présentéisme devient préoccupant lorsqu’il devient un phénomène récurrent et/ou qui affecte notre bien-être ou celui d’autrui.

En effet, le fait d’effectuer ponctuellement des heures supplémentaires pour raison de service ou pour terminer un travail n’est pas considéré comme du présentéisme problématique.

Les chiffres du présentéisme

Côté chiffres, il est possible d’aborder le présentéisme sous différents aspects.

Les arrêts de travail

Le premier provient d’une étude de Malakoff Médéric qui met en avant que 23% des arrêts maladie n’ont pas été suivis en 2018 (contre 19% en 2016). Pire encore, 68% des salariés déclarent travailler lorsqu’ils sont malades.

Cet élément démontre que le phénomène de surprésentéisme (évoqué ci-avant) est en légère hausse. Les cadres et les dirigeants sont ceux qui sont les plus concernés par ce constat. En effet, 22% des cadres et 48% des dirigeants ne prennent pas les arrêts prescrits contre 11% des ouvriers.

Dans l’ensemble des cas, 49% des personnes qui n’ont pas respecté leur arrêt de travail regrettent leur décision. Enfin et paradoxalement, 82% des salariés considèrent que leur santé est prioritaire par rapport au travail.

Le coût

Ensuite, le cabinet midori-consulting propose de chiffrer le coût du présentéisme en liant ce dernier à celui de l’absentéisme.

chiffrage du présentéisme
Pyramide de perturbation au travail
Source : http://www.midori-consulting.com

Cette approche conclue que 1% d’absentéisme peut sous entendre qu’il existe jusqu’à 2% de présentéisme.

L’étude révèle également que le coût caché du présentéisme peut représenter entre 2.67% (hypothèse basse) et 4.86% (hypothèse haute) de la masse salariale. Soit entre 970€ et 1 248€ par salarié et par an pour une entreprise dont le salaire annuel moyen chargé est de 51 000 € par an.

Le présentéisme représenterait donc un coût non négligeable pour les entreprises. Ce dernier reste difficile à évaluer car il représente le temps rémunéré et non productif d’un salarié.

Le ratio efficacité/temps de travail

Pour terminer sur les chiffres du présentéisme, je souhaite vous présenter un diagramme mis en avant par www.lefigaro.fr et édité par l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques).

présentéisme et efficacité
Source : http://www.lefigaro.fr

Ce diagramme compare la productivité et le temps de travail. Aux premiers abords, la France n’a pas à rougir, surtout si on la compare au Japon ou à l’Espagne où la productivité est très basse par rapport au temps travaillé.

Cependant, on constate que des pays comme le Luxembourg ou la Norvège possèdent des taux de production élevés par rapport au temps travaillé.

Par pure comparaison, il est donc possible de déduire que la France peut s’améliorer en efficacité. Notre article sur la productivité donne d’ailleurs quelques conseils utiles 😉

Mentalités et culture

L’élément qui se dégage des chiffres ci-dessus est que le présentéisme représente un coût et a un impact sur la productivité des entreprises.

La Norvège s’est vu décernée pendant plusieurs années la première place du classement des Nations Unies selon l’indice de développement humain. Dans ce pays, l’excellent ratio productivité/temps de travail semble venir (entre autre) du bon équilibre vie professionnelle et vie familiale.

Ainsi, dans les pays scandinaves ou anglo-saxons, le fait de partir tard représente une incapacité à gérer son temps et sa charge de travail. Pire encore, cela est perçu comme un mauvais sens des priorités car c’est alors le temps consacré à la vie de famille qui est impacté. Il est donc courant qu’à partir de 18h, vos collègues vous demandent pourquoi vous êtes encore là et vous proposent leur aide. Peur eux, le présentéisme représente donc une forme d’incompétence.

L’Homme ne sait plus travailler. Travailler, c’est marcher vers soi-même.

Paul geraldy (l’homme et l’amour)

En France, c’est malheureusement tout l’inverse. Les heures supplémentaires sont associées à de la productivité et de la motivation. Cette différence culturelle fait passer la culture du présentéisme avant celle de l’efficacité. C’est d’ailleurs dans cela que le présentéisme stratégique tire sa source. Notre société valorise encore la suractivité.

Je vous invite à découvrir cette vidéo réalisée par nos amis québécois qui présente le présentéisme avec une touche d’humour :

Source : www.youtube.com

Le présentéisme : causes et conséquences

Les causes

Appartenant à la génération Y, je me suis personnellement plus reconnu dans l’approche de l’efficacité que dans celle du temps de travail effectif.

J’ai ainsi d’abord cru à un problème générationnel. Cependant, selon www.blog-emploi.com, il s’agirait plutôt d’un problème de maturité managériale.

En effet, en France, les managers sont généralement plus promus grâce à leur loyauté que par rapport à leurs compétences managériales et à leur leadership.

Ces derniers, malgré toute leur bonne volonté, reproduiront inconsciemment la culture du présentéisme.

Ensuite, cela va bientôt faire plus d’une décennie que règne un sentiment d’insécurité par rapport à l’emploi. La mondialisation et le besoin de rester concurrentiel à tout prix peuvent inciter les dirigeants à privilégier la culture du présentéisme. Il s’agit peut être d’un héritage du fordisme et des trente glorieuses.

le stress provoque le présentéisme et inversement

Enfin, la dernière cause du présentéisme traduit le comportement de certaines personnes à fuir une situation personnelle compliquée. Cela a pour conséquence le présentéisme contemplatif.

Voici un exemple personnel pour illustrer cette dernière catégorie :

J’ai travaillé plusieurs années dans une entreprise où le dirigeant avait déjà passé l’âge de la retraite. Il parvenait à rester à son poste malgré les pressions de la maison mère. Ce dernier faisait parfois état de sa mésentente quotidienne avec son épouse et ses (grands) enfants. C’était bien sûr le premier arrivé au travail et le dernier à partir le soir. Il avait un pouvoir au sein de son entreprise qu’il ne retrouvait pas chez lui. Il retardait donc au maximum son départ à la retraite. C’était une autre génération et une autre mentalité. Cependant, ne payait-il pas, quelque part, la priorisation de sa carrière tout au long de sa vie par rapport à sa vie privée ?

Les conséquences

La première conséquence du présentéisme est l’épuisement professionnel et sa transformation en burn-out ou bore-out.

Dans le cas où la charge de travail est trop conséquente, le surprésentéisme peut entraîner un burn-out. En effet, c’est un risque de l’épuisement physique et intellectuel lié au contexte professionnel trop exigeant.

Dans le cas du présentéisme contemplatif, l’effet inverse peut se produire et certains salariés peuvent être victimes de bore-out. Ce syndrome est en effet déclenché par l’ennui et le manque de valorisation au travail.

La seconde conséquence pour l’entreprise est financière comme le montre l’étude du cabinet midori-consulting (voir paragraphe « les chiffres du présentéisme »). Pour aller plus loin, cette étude extrapole en hypothèse haute un coût du présentéisme de presque 25 milliards d’euros par an pour l’ensemble de la masse salariale française.

Ensuite, la culture du présentéisme en France amène malheureusement à des jugements et à des discriminations.

Les conséquences du présentéisme

« Tu as pris ton aprem ? » est un phrase que l’on entend encore régulièrement lorsqu’on part avant 18h30. « Un chef doit arriver avant tout le monde et partir après tout le monde » est encore une coutume forte des entreprises françaises. « Lorsqu’on est cadre, on fait des heures » appartient au paradigme de la quantité plutôt que de la qualité. Ces exemples que, vous avez surement déjà rencontré, montrent que la culture du présentéisme engendre des jugements et des discriminations.

J’ai appartenu, à mes débuts, à la catégorie de ceux qui font du présentéisme stratégique. Il est vrai qu’en tant que jeune travailleur français, le fait de rester longtemps et de produire du travail le soir et le week-end reste la voie royale pour se forger une réputation de collaborateur motivé et investi. Puis, quelques années plus tard, j’ai éprouvé de la frustration car j’avais le sentiment que mon entreprise ne me récompensait pas à la hauteur de mon investissement. Lorsque l’on n’est pas dans une relation donnant-donnant, il est alors naturel de lever le pied. Enfin, encore quelques années plus tard, j’ai eu des enfants et donc des nouvelles obligations qui vont à l’encontre du présentéisme. J’ai ainsi changé mon discours et ma façon de voir les choses au fur et à mesure des étapes de ma vie.

Je partage cette expérience car elle m’a permis de réaliser que le présentéisme, une situation aux premiers abords normale et installée dans les moeurs, est finalement une habitude où le salarié et l’entreprise sont perdants.

Enfin, la culture du présentéisme entraîne la culture du présentéisme ! Tant qu’il n’y aura pas de prise de conscience générale et une véritable éducation sur le sujet, les effets néfastes du présentéisme continueront à gangréner doucement certaines entreprises.

Ouvrir véritablement les yeux sur le présentéisme

Les éléments factuels de cet article ne vous ont pas convaincu ?

Vous continuez à vous sentir mal à l’aise dès que vous quittez votre travail à l’heure contractuelle ?

Dans le livre REWORK : REUSSIR AUTREMENT de Jason Fried et David Heinemeier-Hansson, les auteurs définissent les adeptes du présentéisme comme des bourreaux de travail. Ils mettent ainsi en avant que cette catégorie de travailleurs causent plus de problèmes qu’ils n’en règlent.

Couverture du livre Rework

De manière très terre à terre et pour ouvrir les yeux sur le présentéisme (et surtout le présentéisme stratégique), voici les conséquences de ces bourreaux de travail :

  • D’abord, travailler autant n’est pas viable et l’épuisement professionnel frappera tôt ou tard. En voulant se mettre en avant, les bourreaux de travail produiront l’effet contraire car la fatigue engendrera des troubles de l’humeur et un manque de discernement. Ils seront à terme incapables de prendre du recul sur les choses.
  • Ces derniers résolvent les problèmes en multipliant les heures. Ils ne font donc que compenser une paresse intellectuelle par une force brut. La quantité et non la qualité. Ils poussent parfois cela au paroxysme car ils rejettent l’efficacité simplement pour pouvoir faire des heures supplémentaires.
  • Ils créent eux mêmes des problèmes pour continuer à se défoncer. Ainsi, ils passeront des heures sur des sujets sans importance. Ils se disent perfectionnistes mais s’affairent à des détails sans importance. Au sein d’une équipe, ils voudront avoir la main et le contrôle sur tout en oubliant totalement le bon fonctionnement du groupe. L’essentiel, c’est que eux rayonnent. Parfois, ils abattront même le travail d’autres services pour montrer à quel point ils sont indispensables et feront ainsi prendre à tout le monde des responsabilités portées par d’autres.
  • Les bourreaux du travail s’arrangent pour que tous les autres se sentent mal à l’aise et engendrent un sentiment de culpabilité et de mal être. Ils aiment critiquer par derrière pour asseoir leur puissance de travail supérieure. Plus ils diviseront les équipes et plus ils auront de pouvoir. Si leur hiérarchie ne les récompense pas à la hauteur de leurs attentes, ils se braquent et réagissent à l’excès.
  • Ils ne sont pas des collaborateurs constructifs et sains. La finalité est qu’ils oublient que le travail n’est qu’un élément de la vie parmi d’autres et leur comportement cache un mal être. Ne culpabilisez plus, ce ne sont pas des héros, les vrais héros sont chez eux à s’occuper de leur famille avec le travail déjà terminé car ils ont trouvé une manière plus rapide de le faire. La loi de l’attraction les rattrapera 😉
le présentéisme est un poison pour les entreprises
Les bourreaux de travail sont un poison pour l’entreprise

Les solutions

Ce qui ressort des différents écrits sur le sujet est que le présentéisme en France est avant tout culturel. Notre société récompense encore plus la servilité que l’efficacité.

De par cette nature, le phénomène du présentéisme diminuera au fur et à mesure que les mentalités évolueront sur le sujet. A l’instar de l’égalité homme-femme, de la sécurité au travail ou encore du harcèlement, il y’a une importante campagne de sensibilisation et d’éducation à mener contre le présentéisme.

Cette sensibilisation doit avant tout cibler les managers de proximité. C’est surtout cette population qui peut avoir un impact significatif sur le présentéisme. En effet, ils peuvent instaurer quelques règles de bon sens comme :

  • Sensibiliser leur(s) équipe(s) et détecter les signaux faibles. Lutter contre le présentéisme qui peut dévier en harcèlement
  • Revoir les critères d’attribution des primes et des évolutions en privilégiant l’efficacité et la gestion du temps.
  • Interdire les réunions en fin de journée ou encore fermer les locaux à heure fixe.
  • Promouvoir le droit à la déconnexion et montrer son désaccord avec des appels ou des envois d’e-mails le soir.
  • Raisonner en objectif de travail et non en temps de travail. Permettre ainsi aux salariés de travailler depuis chez eux (télétravail) ou encore de quitter le bureau à leur convenance pour des impératifs. La finalité est de prôner la confiance et l’autonomie en ayant un regard uniquement sur le livrable final (soit sur ce qui a de la valeur pour l’entreprise).

Il est en effet tout à fait possible de réussir et de rayonner de manière simple. Pour aller plus loin, découvrez notre article sur la réussite au travail.

Travailler ! C’est bon pour ceux qui n’ont rien à faire

henri jeanson

Références et mot de la fin

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article.

J’espère qu’il a pu vous apporter des éléments de réflexion sur votre relation au présentéisme. Ce phénomène est en effet, à mon sens, un élément qui peut rapidement nuire à une entreprise ou un service. Pas de manière frontale comme certains types d’harcèlement (raciste ou sexuel) mais de manière plus vicieuse car en osant moins en parler, on le laisse doucement s’installer.

C’est vraiment dommageable car une fois que les conséquences du présentéisme (et notamment le harcèlement et le sentiment de culpabilité) se font ressentir, il est difficile de percevoir toutes les richesses que l’on peut tirer de sa vie professionnelle.

Si vous avez aimé, aidez-nous à faire vivre Clever Culture en vous abonnant et en partageant cet article. Vous participerez de plus à la sensibilisation sur le présentéisme 😉

La photo de couverture et les images dont la source n’est pas citée proviennent de :https://pixabay.com/fr

Les sources de cet article :  www.welcometothejungle.co/fr , Malakoff Médéric, midori-consulting, www.lefigaro.fr, www.blog-emploi.com, REWORK : REUSSIR AUTREMENT

Découvrez également nos autres articles :

A bientôt et soyez heureux !

JB

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.